mardi 11 juillet 2017

BENIN : 14 CONDAMNES A MORT MAINTENUS DANS L’INCERTITUDE




Au Bénin, 14 personnes se trouvent toujours dans le quartier des condamnés à mort, alors que le gouvernement a promis de ne pas les exécuter.

Les autorités béninoises n’a toujours pas commué les peines de mort prononcées contre ces hommes malgré l'arrêt rendu en 2016 par la Cour constitutionnelle, qui abolit dans les faits la peine capitale pour tous les crimes dans le pays.

Ces 14 hommes sont les derniers accusés à avoir été condamnés à mort au Bénin. Ils sont tous emprisonnés depuis 18 à 20 ans. Le gouvernement béninois dit qu'il ne les exécutera pas, mais il n'a toujours pas commué leurs peines de mort. Leurs conditions de détention sont très dures car ils sont tenus à l'écart des autres prisonniers, et sont tous détenus dans une unique cellule.

« La peur de mourir est souvent pire que la mort elle-même. Pendant des années, je me réveillais en me demandant : « vais-je être exécuté aujourd’hui, demain, dans quelques mois ou dans quelques années ? Aujourd’hui, les responsables de la prison m’ont dit que je ne serai pas exécuté ».

AZONHITO Yaovi dit Christophe

Christophe rajoute : « Mais je ne sais toujours pas ce que je vais devenir. Est-ce que je vais rester encore rester en prison jusqu’à la fin de mes jours ou bien est-ce que mon cas va être examiné à nouveau ? Je suis malade et je n’ai pas accès aux traitements dont j’ai besoin en prison. Si cela continue, je vais de toute façon mourir en prison. »

Du fait de l’arrêt rendu l'an dernier par la Cour constitutionnelle, les autorités ne peuvent pas continuer de maintenir ces hommes dans le quartier des condamnés à mort.

L'organisation demande également aux autorités de fournir aux condamnés à mort une nourriture et des soins médicaux suffisants, et de veiller à ce que la législation nationale soit révisée et réformée afin que toutes les dispositions relatives à la peine capitale soient supprimées dans toutes les lois concernées, pour tous les crimes.

La dernière exécution connue au Bénin remonte à 1987.


NON A LA CONDAMNATION A MORT DE CES 14 DÉTENUS

Interpellez le ministre de la Justice du Bénin




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire