vendredi 16 décembre 2016

ALEP : LA MOBILISATION CONTINUE




Face à la tragédie qui se déroule sous nos yeux à Alep, nous avons le devoir et la possibilité d’agir. 

L’évacuation des dizaines de milliers de personnes de l’est d’Alep, à peine commencée, est déjà interrompue : des tirs ont été signalés, et des personnes restent coincées dans l’est de la ville, livrées au risque d’actes de représailles. 


La situation change très rapidement sur le terrain. La Russie, le gouvernement syrien et l’Iran ont le destin de ces personnes dans leur main. Nous craignons que sans véritable surveillance, les personnes qui quittent l’est d’Alep soient victimes de détentions arbitraires, de disparitions forcées ou d’exécutions extrajudiciaires.
Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a affirmé disposer d’éléments crédibles indiquant que 82 civils ont été abattus par des membres des forces gouvernementales et milices alliées, chez eux ou dans la rue, au cours des derniers jours.
Toutes les parties au conflit en Syrie doivent faire de l’évacuation des civils une priorité en ce moment critique. Elles doivent autoriser l’acheminement d’une aide humanitaire impartiale dans l’est d’Alep, afin que les premiers secours puissent parvenir à ceux qui en ont besoin.

 A  Toulouse :



Lire notre dossier spécial : l'enfer d'Alep

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire