lundi 2 mai 2016

APPEL EN FAVEUR DE FAMILLES SYRIENNES HEBERGEES A TOULOUSE - LA MOBILISATION SE POURSUIT !






En février, le tribunal de Toulouse a rendu un jugement d'expulsion à l'encontre de 22 familles de réfugiés syriens qui occupent un bâtiment désaffecté et promis à la démolition dans le quartier des Izards à Toulouse.



Habitat Toulouse, l'office HLM de la mairie de Toulouse et propriétaire du bâtiment occupé, avait assigné en justice pour occupation illégale. En plus d'avoir ordonné l'expulsion de l'immeuble, le tribunal a accordé à Habitat Toulouse le droit de réclamer le paiement d'indemnités d'occupation d’un montant de 540 euros mensuel par appartement, à compter de septembre 2015.



Près de 200 réfugiés de la ville de Homs sont ainsi menacés de quitter les lieux. Avec ce jugement leur avenir est devenu totalement incertain.



En tant que demandeurs d'asile, ils devraient être relogés dans des foyers d'accueil. Néanmoins, il se pourrait qu’ils soient relogés partout en France alors que ces familles sont là depuis plusieurs mois (après un périple de plusieurs années depuis la Syrie) et que les enfants sont scolarisés. Il devrait être logique de leur permettre de rester là où elles ont commencé de créer une nouvelle vie.



Les réfugiés ne sont pas des objets que l'on déplace à son gré !



Ce sont des habitants du quartier : ils reconstruisent leur vie au quartier des Izards, leurs enfants vont à l'école et ils apprennent le français.



Une première pétition a été mise en ligne le 24 mars au nom de bénévoles citoyens et d'associations autour du réseau APESAR (Approche Pluridisciplinaire Ethno-psychologique des Solliciteurs d'Asile, Réfugiés et migrants) de Toulouse, qui coordonne depuis quelques mois un projet d'accueil et d’accompagnement des réfugiés syriens dans ce quartier de Toulouse. Les expulsions semblaient alors imminentes.

Le blog Amnesty International Midi-Pyrénées avait relayé cet appel et ses militants avaient été mobilisés pour le signer.



La pétition a été déposée à la Préfecture de Toulouse le 29 mars, avec au total 2 039 signatures récoltées en direct et sur Internet.



Le réseau APESAR a adressé par écrit une demande de rendez-vous au Préfet afin d'obtenir des clarifications sur la situation des Syriens des Izards, demande restée sans suite pour l'instant.



Dans une nouvelle pétition, il demande au Préfet de ne pas donner suite à la décision du tribunal. NON à l'expulsion et OUI à un relogement en foyer d'accueil en familles à Toulouse.



Il semblerait que les expulsions puissent être décidées pour le mois de juin, au terme de l’année scolaire.



La mobilisation se poursuivra tant que des résultats n’auront pas été obtenus.



N'hésitez pas répercuter cet appel à votre carnet d‘adresses et sur les réseaux sociaux !






Plus d’info :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire