mercredi 21 janvier 2015

APRES LES ATTENTATS PARISIENS, TEST DECISIF EN MATIERE DE LIBERTE D'EXPRESSION



M. LE PRESIDENT, PRESERVEZ NOS LIBERTES

Après les condamnations des attaques sanglantes de la semaine dernière, des millions de personnes ont témoigné leur indignation et leur solidarité, signe d’un très fort attachement aux libertés fondamentales. Et pourtant, dans les jours qui ont suivi ces attaques, des dizaines d’actes violents et discriminatoires visant des personnes et des lieux de culte ont été signalés.

Amnesty International s’inquiète aujourd’hui de la recrudescence, dans le débat public, de propos remettant en cause les droits humains : propos haineux et stigmatisation de populations en raison de leurs origines ou religions, injonctions de réduire certaines libertés, appels à une surveillance de masse des communications.

Ecrivez au président de la République pour réaffirmer votre attachement à la liberté d’expression, à la protection contre les discriminations et contre les crimes et discours de haine.

Demandez-lui

  • de mettre la promotion et le respect des libertés au cœur des décisions et des politiques du gouvernement.
  • de veiller à ce que toutes les mesures qui pourraient être prises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme se fassent dans le respect des droits fondamentaux et des conventions internationales auxquelles la France est liée.
  • de combattre toutes les formes discriminations sur la base de l’appartenance religieuse, réelle ou supposée.



«TEST DECISIF» EN MATIERE DE LIBERTE D'EXPRESSION, AVEC DE TRES NOMBREUSES ARRESTATIONS DANS LE SILLAGE DES ATTENTATS

Extrait du communiqué d’Amnesty International du 16 janvier

Au moins 69 arrestations se sont succédé en France cette semaine, les prévenus comparaissant pour « apologie du terrorisme », infraction dont la définition reste vague. Le risque est grand que ces arrestations violent la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International.

Toutes ces arrestations ont été effectuées, visiblement, sur la base de propos tenus à la suite des attentats meurtriers commis à Paris contre le magazine Charlie Hebdo, un supermarché casher et des agents de la force publique, le mercredi 7 et le vendredi 9 janvier.

« Au cours de la semaine qui vient de s’écouler, les dirigeants mondiaux ainsi que des millions de femmes et d’hommes du monde entier ont défendu la liberté d’expression d’une voix haute et forte, et les autorités françaises doivent veiller à ne pas violer elles-mêmes ce droit », a déclaré John DALHUISEN, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.


« La liberté d’expression ne doit pas être réservée à certains. L’heure n’est pas à l’ouverture de procédures inspirées par des réactions à chaud, mais bien plutôt à la mise en place de mesures réfléchies qui protègent des vies et respectent les droits de tous »

John DALHUISEN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire